Accueil

"Notre jeunesse est la priorité de la relance" E. Macron

Publié le 23 juillet 2020

Le chef de l'État et le Premier ministre ont fait part des principales mesures du plan de relance concernant l'emploi et la formation des jeunes.  À la rentrée, ils seront 700 000 à arriver sur un marché du travail durement frappé par la crise. Les jeunes sont une priorité de la relance pour le Président Emmanuel Macron et le Premier ministre Jean Castex.

L’objectif est de ne laisser aucun jeune de moins de 25 ans sans solution à la rentrée. 

  • Le président de la République a rappelé qu'une prime provisoire de 5.000 à 8.000 euros (valable jusqu'au 28 février 2021) à l'embauche d'apprentis avait été mise en place au mois de juin pour inciter les entreprises à continuer d'embaucher des alternants (y compris en contrat de professionnalisation). 
    Emmanuel Macron est allé plus loin, annonçant notamment «un dispositif exceptionnel d’exonération des charges pour les jeunes» censé encourager pendant un à deux ans les employeurs à embaucher des salariés à «faibles qualifications, jusqu’à 1,6 smic». 
     
  • Service civique : 100 000 nouveaux contrats (20 000 cette année, 80 000 l'an prochain) viendront s’ajouter dans les 6 prochains mois aux 140 000 existant actuellement. 
     
  • Création d'un dispositif de contrats d'insertion à destination des jeunes qui n’ont pas réussi à trouver l’entreprise qui leur signe leur contrat d’apprentissage ou leur alternance : 300.000 places seront budgétées dont 60 000 contrats aidés dans le secteur marchand pour les jeunes les plus éloignés de l'emploi par le biais des « contrats initiative emploi » (CIE)
     
  • Dans le secteur associatif ou public, les contrats aidés ( "Parcours emplois compétences", au nombre de 94 000 en 2019) seront augmentés de 60 000 en 2021.
     
  • 200.000 places dans des formations qualifiantes pour le public des jeunes diplômés, principalement de l'enseignement supérieur, seront proposées à ceux qui n'ont aucune perspective d'embauche dans les mois qui viennent. Des formations qualifiantes ou pré-qualifiantes seront proposées « dans les métiers d'avenir » (transition écologique, santé, numérique, secteurs prioritaires du plan de relance).
     
  • Le plan prévoit aussi 150 000 entrées en Garantie jeunes en 2021 (contre 100 000 initialement programmées), un dispositif d'insertion géré par les Missions locales pour les jeunes sans emploi ni formation, avec un accompagnement renforcé pendant un an et une allocation mensuelle de 497 euros.

 

            En savoir plus en un clic