Accueil

Infections sexuellement transmissibles

Publié le 3 juin 2016

Après avoir eu un rapport sexuel non protégé, vous craignez d’avoir contracté une infection sexuellement transmissible (IST). Plus tôt vous effectuez un dépistage, plus tôt vous recevez un traitement adapté à votre situation.  

Quels sont les symptômes d’une IST ?

Les IST peuvent être asymptomatiques, c’est-à-dire qu’il n’y a aucun signe d’une infection ou d’une maladie. Donc en cas de doute, il vaut mieux passer un test de dépistage. Mais certaines infections ont des symptômes difficiles à supporter : démangeaisons ou des écoulements anormaux au niveau des organes génitaux, des rougeurs des organes génitaux, des éruptions cutanées, une sensation de brûlure en urinant, etc.

Quelles sont les IST ?

Les IST sont des virus, bactéries, champignons, parasites transmis lors de rapports sexuels non protégés. Ces infections ne sont pas uniquement contractées par pénétration. Elles peuvent aussi être transmises lors de rapports buccaux ou lors d’échange de caresses.  

  • VIH (Virus immunodéficience humaine) : la plus connue des IST. Elle se transmet par le sang, le sperme et les sécrétions vaginales. Ce virus s’attaque au système immunitaire du corps (c’est-à-dire qu’il va empêcher l’organisme de se défendre contre les infections). Quand l’organisme est affaibli, il peut être infecté par des maladies graves. On parle alors de SIDA.  

  • Hépatite B : elle se manifeste plusieurs mois après l’avoir contractée. Fatigue, douleurs musculaires, fièvre, maux de ventre, diarrhée, l’hépatite peut se manifester sous de nombreux symptômes.

  • Blennorragie gonococcique : appelée plus familièrement chaude-pisse. Elle provoque des brûlures et/ou un écoulement jaune par la verge, le vagin ou l'anus. Le malade peut aussi souffrir de fièvre et de maux de ventre.

  • Herpès génital : il provoque des petites cloques douloureuses sur les organes génitaux et peut s’accompagner de fièvre et de maux de ventre.

  • Papillomavirus : Il se manifeste par l’apparition de petites verrues (condylomes) sur les organes génitaux ou l’anus. Le papillomavirus est à l’origine de 70% des cancers du col de l’utérus chez la femme. Il existe un vaccin pour se protéger de certaines formes du virus, administrable à l’adolescence.

  • Syphilis : elle provoque des petites plaies, des boutons ou petites plaques rouges sans démangeaison sur la peau et les muqueuses. Si la Syphilis n’est pas traitée, elle peut avoir de lourdes conséquences sur le cerveau, les nerfs, le cœur, les artères et les yeux.

Pour plus d’informations sur les IST, consultez votre médecin.

Dépistage

Le meilleur moyen de lutter contre une IST est la prévention : utiliser un préservatif pour chaque rapport sexuel et surtout avec les partenaires dont on ignore le statut en terme de contamination par le VIH ou les autres IST.

En cas de doute, se faire dépister. Le résultat du dépistage permettra de vous soigner en cas d’infection. Et vous pourrez informer vos partenaires pour qu’ils se fassent dépister le cas échéant.


Contact

Centre gratuit d'information, de dépistage et de diagnostic - CeGGID 33
Maison départementale de la santé
2 rue du Moulin Rouge - 33200 BORDEAUX
Tél. 05 57 22 46 66

_____________________________________________________________________________________________________________________

Sites web et téléphones

Sida Info Service  et 0 800 840 800 24h/24, 7j/7 (Service et appel anonymes et gratuits)

Sida Info Plus et 0 800 845 800 (Service et appel anonymes et gratuits) - Pour prise de rendez-vous

Hépatites Info Service  et 0 800 845 800 de 8h à 23h, 7j/7 (Service et appel anonymes et gratuits)

VIH Info Soignants : 0 810 630 515 lundi et jeudi de 13h à 17h, mardi et vendredi de 9h à 13h, mercredi de 17h à 21h
(Service anonyme 0,06€ / minute + prix appel)